museedelachaise.fr
Contact
L'histoire continue
À côté du musée, Jean-Jacques, continue de faire vivre ce savoir-faire dans son atelier.

Pour en savoir plus, visitez son site :


lataillade-jean-jacques.fr/

- Histoire des chaisiers
 001.jpg

002.jpg

003.jpg

004.jpg

008.jpg

013.jpg
Grâce à l'initiative de Joseph Lataillade et de son fils Jean-Jacques, l'histoire est à l'honneur avec la création du musée de la chaise.
Aussi, nous avons été à la rencontre de l’enthousiaste « Jo », digne représentant de la 4ème génération de chaisiers Lataillade entreprise créée en 1860.


Pourquoi avoir mis en place ce musée ?
Je voulais montrer comment on se servait des outils, pour faire revivre le métier et faire sentir le bois ! À Came, à force de travailler avec les techniques modernes, on en était arrivé à ne plus savoir comment étaient fabriquées les chaises. Les outils et  savoir-faire anciens s’étaient perdus. Alors, ayant conservé mon outillage qui date d’un siècle et demi, j’ai organisé ce musée afin de raconter notre histoire. Cette histoire qui appartient à ma famille, mes collègues, mon village. Et puis, je voyais bien que les gens se posaient des questions sur notre existence à Came.
Pourquoi y a t-il des chaisiers à Came? Il fallait répondre !


D’où vient l’implantation des chaisiers à Came?
 L’histoire de la chaise à Came est reliée à celle des cagots*, cette peuplade d’exclus. On ne savait pas d’où ils venaient, ni les raisons de leur exclusion. Peut-être étaient-ils lépreux. On a retrouvé ces gens dans les métiers du bois : charpentiers, tonneliers, sabotiers, chaisiers… La lèpre ne se transmettait
pas via le bois. À une
époque inconnue, une communauté de cagots* (ils ne se mariaient qu’entre eux) a été accueillie à Came. Ils étaient chaisiers et ont transmis leur métier.


En quoi croyez vous ?
En notre histoire. J’ai toujours été passionné par mon métier et c’est pour moi la plus belle façon de lui rendre hommage.


*Les Cagots sont des parias répandus au Moyen Âge de part et d'autre des Pyrénées, que la superstition faisait regarder comme des objets de mépris et d'horreur.


Curiosité du musée :
Instrument de musique appelé "guide chant" datant de 1900 ayant appartenu à l'école publique de Came où plusieurs générations d'élèves ont appris à chanter


Date de création : 12/02/2010 @ 00:28
Dernière modification : 07/02/2011 @ 15:00
Catégorie :
Page lue 7439 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^